La personnalité antisociale

Dernière mise à jour : 16 avr.

La personnalité antisociale est un mode général de mépris et de transgression des droits d’autrui qui apparaît dans l’enfance ou au début de l’adolescence et qui se poursuit à l'âge adulte.

On a également parlé de psychopathie, de sociopathie ou de personnalité dyssociale.

La personnalité antisociale fait partie du groupe B, les personnalités dramatiques, théâtrales et erratiques (dites instables).

personnalité antisociale hypnose paris 20, laurie le borges hypnotherapeute paris 20

Pour David Lykken, généticien comportementaliste, les psychopathes naissent avec des caractéristiques psychologiques particulières comme l’impulsivité ou l'absence de peur qui les conduisent à chercher le risque et les rendent incapables d’intégrer les normes sociales.

Les sociopathes ont un tempérament plus réglé : leur trouble de la personnalité tient davantage à un environnement défavorable comme des parents absents ou maltraitants, la pauvreté, des proches délinquants, un abus dans l’enfance, une intelligence extrêmement faible ou au contraire élevée…



Le diagnostic du trouble de la personnalité antisociale


Pour qu'un diagnostic de trouble de la personnalité antisociale soit établi, la personne doit présenter une forme de mépris persistant pour les droits des autres. En outre, au moins 3 critères parmi les suivants doivent être présents :

  • Un manque d'honnêteté ex: mentir de façon répétée, l’usage de pseudonymes ou l'escroquerie à des fins personnels ou par plaisir

  • Être facilement provoqué ou agressif ex : bagarres ou agression des autres

  • Le non-respect de la loi, mis en évidence par des actes répétés pour lesquels il existe des motifs d'arrestation

  • Agir de manière impulsive ou ne rien prévoir à l'avance

  • Ne pas avoir de remords, manifeste par une indifférence ou une accusation de ceux qu’il a blessé ou maltraité ex: “il le méritait” ou il accuse la vie ex: la vie est trop injuste

  • Une irresponsabilité persistante comme le fait de ne pas assumer un emploi stable, ne pas honorer ses obligations financières…

  • L’indifférence pour leur propre sécurité ou celle des autres


Les caractéristiques d'une personnalité antisociale


Les caractéristiques que l’on remarque chez une personnalité antisociale :

  • Une indifférence froide ou méprisante envers les sentiments et la souffrance d’autrui.

  • Une attitude irresponsable manifeste et persistante, le mépris des normes, des règles et des obligations sociales.

  • L’incapacité à maintenir durablement des relations alors même qu’il existe pas de difficultés à les établir

  • Une tolérance très faible à la frustration et l’abaissement du seuil “habituel” de décharge de l’agressivité, y compris par de la violence

  • L’incapacité à éprouver de la culpabilité ou à en tirer un enseignement des expériences notamment des sanctions. Une absence de remords

  • Ils ont une très grande détermination à ne pas se laisser faire et à faire ce qu'ils pensent être le meilleur pour eux, au détriment des autres si besoin.

  • Tendance à tromper autrui par profit ou par plaisir : mensonges, escroqueries…


Une bonne illustration de la personnalité antisociale est le personnage d’Alex DeLarge dans le film Orange Mécanique.


Régulièrement, on remarque une présence avant l'âge de 15 ans de troubles de conduite. Ces troubles induisent des comportements répétés et persistants où les droits fondamentaux d’autrui et les principales règles qui s’appliquent à cet âge là sont bafoués. On note 4 types de comportements :

  • agression envers les personnes ou les animaux

  • destruction de bien

  • fraude ou vol

  • infraction grave au règlement (en fonction de l'âge)


Les comorbidités sont souvent présentes. Un certain nombre de personnalités antisociales sont sujettes également à un trouble de toxicomanie. Un trouble du contrôle des impulsions, un trouble d'hyperactivité et/ou trouble de l’attention, ou un trouble de la personnalité limite (borderline) sont également courants.


La prévalence au sein de la population est de 0,2 à 3,3% mais il semblerait que ces chiffres soient en train d’augmenter. L’évolution est chronique mais tend à s’atténuer ou devenir moins évidente au fur et à mesure que l'âge de la personne augmente, notamment après 30 ans.


Les causes sont inconnues mais les facteurs biologiques et génétiques semblent aussi importants que les facteurs sociaux et environnementaux.


Le diagnostic ne peut pas être posé avant 18 ans. Cependant, il existe des signes précurseurs potentiels nommés la triade de Macdonald :

  • la cruauté envers les animaux

  • des périodes inhabituelles longues d’énurésie

  • la pyromanie


Le docteur Michael Craig a mis en évidence avec son équipe les points suivants :

  • des connexions défectueuses entre la partie du cerveau traitant les émotions et celle qui concerne les impulsions et les prises de décision

  • la réduction de fibres nerveuses qui assure un dialogue avec la partie du cerveau responsable du jugement de nos actions comme étant morales ou non, du contrôle des émotions et de l’empathie émotionnelle.

Pour en savoir plus sur les personnalités narcissiques, c'est ici


Quelles sont les solutions envisageables ?


Il est indispensable d’aller effectuer un diagnostic chez un psychiatre ou un médecin traitant. En complément d’une psychothérapie, l’hypnose peut accompagner le sujet.



C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées ici


Si l'article vous a plu, n'hésitez pas à le partager :)


Bien à vous,

Laurie Le Borgès

Hypnose Paris 20


56 vues0 commentaire